Mardi 26 Juin 2012 (Edition de la Creuse)

En bref Conseil général de la Creuse

«LA LGV N'APPORTE AUCUNE VALEUR AJOUTÉE SOCIO-ÉCONOMIQUE À NOTRE RÉGION»

Hier, les élus du conseil général de la Creuse ont voté un voeu à l'unanimité présenté par Daniel Dexet, pour le groupe de la Gauche unie. Droite et gauche se sont retrouvées pour défendre la ligne POLLT, sa remise à niveau et sa modernisation.

Dans la liste des «considérant», ils se positionnent vis-à-vis de la LGV : «Considérant que le projet de LGV Limoges-Poitiers, initié par RFF, n'apporte aucune valeur ajoutée socio-économique pour notre région, et surtout pour notre département et la gare de La Souterraine.».

Dans leur second paragraphe, ils indiquent leur préférence dans le futur dessin de la carte ferroviaire : «Considérant qu'une priorité très largement partagée, s'impose, y compris financièrement, pour la mise à niveau de ligne historique POLLT en complément du projet POCL (Paris-Orléans-ClermontFerrand-Lyon)».

Une pierre de plus à l'édifice du vif débat entre pro et antiLGV, et sans oublier les neutres qui prétendent que les deux sont compatibles !

Les nouvelles lignes de TGV ne sont pas près d'être construites

tiré de l'article  d'

DECRYPTAGE Lors de sa première conférence de presse, le nouveau ministre

Une grande loi de programmation ferroviaire prévue en 2013

des Transports (Frédéric Cuvillier), a expliqué que certaines des décisions prises par le gouvernement Fillon en matière de transports n'étaient plus d'actualité.

Pour sa première rencontre avec la presse, Frédéric Cuvillier, l’actuel ministre des Transports et maire de Boulogne-sur-Mer, a choisi le Salon des Transports publics, à Paris. Discours rapide et pressé, mais riche en informations sur les orientations du gouvernement : "Nous voulons éviter la fracture territoriale, trop longtemps insuffisamment réalisée", a expliqué le ministre, tout jeune quadragénaire.

Lire la suite : Les Projets LGV seront reétudiés

Le conseil général 86 s'est une nouvelle fois penché sur le dossier du projet de ligne à grande vitesse entre Poitiers et Limoges. La décision ministérielle validant les deux étapes précédentes et le choix du tracé est intervenue le 6 février dernier. Maintenant, l'avis formel des collectivités territorialement concernées doit être recueilli sur l'étape 3 présentée à l'issue du processus d'études conduit par RFF depuis cinq ans, en vue du lancement de l'enquête préalable à la déclaration d'utilité publique (DUP) qui doit intervenir à l'automne prochain.

Hier, une majorité d'élus (25 conseillers généraux de la majorité (UMP) et une partie de l'opposition) a donné un avis défavorable au projet soumis à l'enquête préalable à la DUP. Il aura fallu néanmoins près d'une heure de débat sur le sens et l'objet de la délibération soumise au vote, pour aboutir à cette décision. « On est arrivé à l'heure de vérité, a déclaré Thierry Mesmin (PS) opposé au projet. Il faut prendre une position claire. ».

ci joint : la délibération

Cette clarification a été souhaitée par Maurice Monange, conseiller général PS de Poitiers, sachant que Poitiers et Grand Poitiers sont pour cette réalisation.
Pour une majorité des élus, ce projet n'est pas pertinent économiquement. « Aujourd'hui on ne peut pas investir 80 millions d'euros dans cette opération », a averti le président Bertaud. « Il est rejeté par la SNCF elle-même, a ajouté Michel Brouard (PC), il ne répond pas aux besoins des gens et des territoires. »
Le 21 février 2011, le Département avait à l'unanimité estimé qu'il ne disposait pas de cette somme réclamée par RFF et l'État. Ses questions sont restées sans réponse. En revanche, il plaide toujours pour que la RN 147-149 passe enfin à 2 x 2 voies, et pour une solution alternative s'appuyant sur la ligne actuelle.